Accueil > 6 - Techniques & Projets > Al Watwan : Production locale de riz : 40 tonnes sont déjà disponibles

Al Watwan : Production locale de riz : 40 tonnes sont déjà disponibles

jeudi 16 septembre 2010, par Mzé

Al Watwan du 16/09/2010 :


Moins d’un mois après
l’installation de son
unité de transforma-
tion du riz, le Centre
national pour la recherche et l’ex-
ploitation agricole (Cnrea) a annon-
cé la première production de riz
préparé localement : quarante ton-
nes dont vingt destinées à la com-
mercialisation et le reste devant ser-
vir de semence pour la prochaine
culture, selon le président exécutif
du centre, Zakouane Moutuon.

Pour les responsables de l’Office
national d’importation et de com-
mercialisation du riz, “quelque soit
la quantité produite sur place, cela
sera toujours d’un grand secours
du fait que les importations de riz
de l’office nationale sont loin de
couvrir les besoins de consomma-
tion“ de ce produit au niveau natio-
nal, le riz étant l’aliment de base
des Comoriens.

En moyenne, entre 8 000 et 20 000
tonnes de riz sont importées chaque
année pour la consommation, soit
10% de la valeur des importations
nationales. Par ailleurs, le Cnrea
compte optimiser la production
locale, et ceci, en mettant à la
disposition des agriculteurs des
champs rizicoles, localisés dans dif-
férentes régions de l’île de
Ngazidja. En ce qui concerne la
commercialisation de la première
quantité de riz déjà produite, des
contacts seraient en cours entre le
Cnrea et l’Onicor pour arriver à un
accord sur la date et les modalités
de sa mise sur le marché.

Ce premier résultat vient après trois
années de phase d’expérimentation.
Huit variétés de riz d’Asie et
d’Amérique latine, sont les seules
actuellement à être cultivées aux
Comores avec des prévisions de 3 à
5 tonnes par hectare. Ce projet est
financé par l’Office nationale d’im-
portation et de commercialisation
du riz ordinaire qui a offert cette
unité de transformation d’une
valeur de 7 millions de francs (lire
notre livraison du 12 août dernier).
Avant ce projet du Cnrea un autre
projet financé par une entreprise
chinoise a mené des expériences
dans des rizières à Mohéli. Malgré
des rendements “probants“, le pro-
jet a tourné court suite à des problè-
mes de droits fiscaux, jugés lourds,
par l’entrepreneur.

Kamardine Soulé